1997, La Vallée

Du 13 au 17 mai 1997

Un événement... Car il ne s’agit pas de plaquer sur le Périgord un Xè festival hors de portée des gens d’ici ! Il s’agit bien au contraire de rapprocher notre monde rural, et en particulier sa jeunesse, de toutes les formes d’expression artistique qui ne se perçoit d’habitude qu’au travers des écrans de la télévision. Tout ce qui pourra réduire le défaut d’accès au monde culturel que subit le milieu rural, combat les inégalités. Cet événement aujourd’hui reconnu en Périgord fait la démonstration que la recherche de la qualité peut aller de pair avec le succès populaire.

Cette année-là, La Vallée reçoit : ...
Depuis la première Vallée, une place de choix est faite aux arts plastiques, aux décors, aux constructions diverses faites de récupérations. Cette année, le festival a accueilli le Temps Fort Théâtre avec ses masques issus de l’imaginaire fécond de cette compagnie.
Plongée dans le temps. Nous sommes en 1892, les enfants entrent dans un salon, sont invités à s’asseoir sur des coussins à même le sol. En face d’eux, un vieux monsieur, un livre à la main : « le fauteuil est la plus belle machine à voyager dans la tête, imaginez... ». Les enfants eux ont envie de découvrir des réalités concrètes. Leur attente ne sera pas déçue. Le théâtre de Cuisine, spécialisé dans le théâtre d’objets accède ici à une dimension supérieure, au sens propre du terme. Il demande au public d’entrer dans les objets, de participer à un spectacle interactif, tandis que, dehors, Sanacore nous emmène au fin fond de l’Italie, dans la Cadillac rose des Costards...
La Vallée, c’est dans la rue qu’elle est le mieux !

Appuyer sur entrée pour lancer la recherche